jeudi 10 novembre 2011

UN BREF HISTORIQUE DE LA FEP-CFDT RÉUNION

UNE HISTOIRE MARQUÉE PAR LA LUTTE CONTRE L'ESTABLISHMENT DE L'ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE


ANNÉE 2001
C'est dans le but de mettre fin au paternalisme autoritaire que faisaient régner certains Directeurs dans de nombreux établissements, de mettre fin aux pratiques clientélistes et à de trop voyantes collusions entre ceux qui étaient censés défendre les droits des personnels et ceux qui les bafouaient, que quelques personnes résolues décident, en juillet 2001, de créer un nouveau syndicat. Elles contactent la FEP-CFDT, syndicat majoritaire en métropole (clic-clic) mais absente à La Réunion. La FEP-CFDT est le seul syndicat à avoir porté et défendu en 1984, le projet de fonctionnarisation qui aurait mis un terme définitif au statut bâtard des maîtres du privé.
Après une prise de contact, un groupe initial est donc constitué à La Réunion. Comme il est dépourvu de moyens, il est d'abord hébergé juridiquement par le SGEN, ce noyau constitutif compte alors 17 personnes, maîtres et salariés OGEC confondus.
La « gestation » va durer 9 mois.

ANNÉE 2002

Le 13 avril 2002, à Saint-Denis, rue Fénelon, nous sommes 18 participants à l'AG fondatrice du syndicat FEP-CFDT Réunion en présence de Xavier Nau, Secrétaire Général de la Fédération en métropole, 20 000 adhérents et organisation la plus puissante de l'enseignement privé catholique ou laïque. Une photo existait mais elle a, semble-t-il, disparu. Une convention est signée avec la fédération pour sceller notre partenariat. Inutile de dire que la création de la FEP-CFDT, un syndicat laïque, à La Réunion, est très mal vue par le Diocèse. Quant aux deux syndicats existants, ils ne nous donnent pas deux ans pour échouer et disparaître, les tentatives de créations d'autres syndicats voulant casser le monopole exercé depuis plus de vingt ans par le SPELC et le SNEC-CFTC ayant toutes échouées.

ANNÉE 2003, FORTE IMPLICATION DE LA FEP DANS LA MOBILISATION DE L'ÉDUCATION NATIONALE (clic)
Nous rappelons notamment que l'année 2003 fut déterminante avec la participation active de la FEP (clic) à la mobilisation de l'Education Nationale qui dura près de trois mois. Ce fut la période cruciale pour le syndicat à peine âgé d'un an et ne disposant à l'époque que d'une implantation dans une poignée d'établissements.



La FEP-CFDT capitalisera cette participation au mouvement, en se faisant connaître dans tous les établissements et en créant des sections là où nous n'étions alors pas représentés.

ANNÉE 2004

Nous faisons notre première conférence de presse en février pour annoncer la loi Censi en préparation. Nous sommes invités le soir même sur le plateau du JT d'Antenne Réunion.
Le 24 avril 2004, la FEP-CFDT tient son premier congrès à La Plaine des Cafres (cliquer sur le titre). Déjà nous posons le problème des salariés OGEC.

Le Bureau élu en 2004, très, trop masculin, hélas. La parité viendra en 2006 avec la création et le développement du secteur 1er degré.


Le 9 octobre, nous organisons seuls (cliquer), une manifestation devant la préfecture à Saint-Denis pour appuyer la mobilisation en métropole en faveur d'une revendication pour la parité public-privé en matière de retraites. Cliquer ici.




Devant la Préfecture le 9 octobre, photos de la FEP-CFDT




DE 2005 À 2008 : DU RIFIFI DANS L'ENSEIGNEMENT CATHOLIQUES RÉUNIONNAIS

ANNÉE 2005
La promulgation de la loi Censi le 5 juin 2005 va permettre au Rectorat de prendre la main sur les mutations en faisant valoir les décrets et circulaires qui en découlent et vont s’appliquer en 2006. La circulaire sur l’emploi sera aussi l’occasion d’un contentieux important avec la Direction diocésaine de l’époque et les deux autres syndicats.

ANNÉE 2006, ANNÉE DU "SYNDICAT TRUBLION"
Dès la publication du décret (juin 2005) puis de la circulaire (novembre 2005) sur les mutations, les choses se gâtent. La Direction diocésaine de l'époque (M. Rojat), les Chefs d'établissements, le SNEC-CFTC (syndicat hostile à la loi Censi) et le SPELC local, estiment que les nouveaux textes qui réglementent le droit à mutation, limitent trop les pouvoirs des chefs d'établissements, ce qui, au contraire, pour nous (clic), est une bonne chose. Dès lors les conflits vont être permanents. Le SPELC choisit d'utiliser la presse pour dénoncer la loi Censi comme en témoigne le titre d'un article du JIR, ci-dessous, alimenté par ce syndicat. Titre mensonger puisque la circulaire sur l'emploi, sans être révolutionnaire, donne enfin un cadre juridique qui nous rapproche (un tout petit peu) du public.

C'est dans ce contexte tendu que la FEP-CFDT organise une réunion avec la Sénatrice Gelita Hoarau et les délégués rectoraux auxquels le Diocèse et les deux syndicats catholiques affirment qu'ils vont perdre leur emploi à cause de la loi Censi.
Nous tenons aussi le 3 juillet, notre 2ème congrès à Saint-Gilles à l'Hôtel Alamanda.
Photo du congrès ci-dessous.

C'est à cette occasion que la presse nous appelle "le syndicat trublion".


ANNÉE 2007 : LA FEP-CFDT EN JUIN, LANCE L'OPÉRATION 13ÈME MOIS ET 30 POINTS DE BONIFICATION POUR TOUS LES SALARIÉS OGEC DANS TOUS LES ÉTABLISSEMENTS CATHOLIQUES (CLIQUER SUR CE LIEN)

BILAN :
Pendant trois ans, la FEP-CFDT sera donc en conflit quasi permanent avec tout l'establishment de l'enseignement catholique réunionnais. Mais outre notre lutte contre la collusion ds acteurs de l'enseignement catholique et les remous que provoque notre revendication salariale en faveur des diverses catégories de travailleurs des OGEC, nous nous sommes aussi attaqués à plusieurs chefs d'établissement.

EN QUATRE ANS TROIS CHEFS D'ÉTABLISSEMENTS CATHOLIQUE SONT DÉBARQUÉS À NOTRE INITIATIVE
Effectivement entre 2002 et 2006, nous avons contraint au départ pas moins de trois chefs d'établissement.
1) La Directrice de Levavasseur contrainte à partir en 2002 sur notre demande après courrier officiel et argumenté de la FEP au Directeur Diocésain.
2) le Directeur du collège Saint-Michel en 2005 après avoir déposé une plainte au pénal contre lui pour délit d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise
3) et enfin, en 2006, le Directeur du LP La Montagne qui, lui, a été licencié.
Certes ces conflits ont été durs et longs à mener, ils ont laissé des traces mais nous avons démontré que rien n'est impossible et en la matière, nous avons désormais un certain "savoir-faire".

Conformément à nos accords avec la fédération FEP métropolitaine ( + de 20 000 adhérents dans l'enseignement privé), à chaque Congrès Fédéral nous participons et intervenons à la tribune pour évoquer les problèmes des personnels dans l'outremer.

A Rouen en 2002

A Toulon en 2006

A Rennes en 2009


2008, CONGRÈS DE LA FEP-CFDT À TAMARUN, À LA SALINE (cliquer sur le titre)


ANNÉE 2009 AG À SAINT-DENIS SUR LES 50 ANS DE LA LOI DEBRÉ



Une vidéo et un article sur cette AG, ici (clic)

ANNÉE 2010 CONGRÈS EN PRÉSENCE DE BRUNO LAMOUR À LA SALINE (Cliquer pour voir quelques photos)

ANNÉE 2011(cliquer)


2011, LES ENSEIGNANTS DU PRIVÉ SE REBIFFENT
Enfin, nous avons évidemment évoqué la création à notre initiative de l'intersyndicale de l'enseignement privé (cliquer) qui a débouché le 27 septembre sur une manifestation commune. VIDÉO (clic)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire